Elle était là, assise sur un banc

Rating
Votes
0
Added
9/22/18
Language
French
Author
Axellia-VS
Categories
Masturbation
Solo
Public Cat

Elle était là, assise sur un banc

    Elle était là, assise sur un banc. La demoiselle de 20 ans  était habillée d'une jolie jupe rouge, d'un petit chemisier en dentelle noir et était parée de bijoux délicieusement posé sur son corps aux formes avantageuses. Elle attendait là, sur ce banc, en avance pour son travail, profitant de la douceur d’un matin d’automne. La jeune fille aux yeux de jade ne se rendait pas compte de sa beauté, elle était seule sur ce banc dans un jolie parc. Apres avoir jeté un regard aux alentours qui lui paraissait désert, elle soupira. Autour d'elle il n'y avait que des arbres, des conifères âgés d'un siècle ou plus. Elle écarta doucement les cuisse l'une de l'autre bravant un premier interdit, pour sentir l'air frai lui chatouiller les partie intimes. Ce matin, aurait elle oublié de mettre une culotte ? Oh ceci était très fâcheux ! Elle écarta encore plus pour profiter de chaque sensation que pouvais lui apporter la brise matinale sur ce corps qu'elle commençait seulement à découvrir.

    Lentement, sa main caressa le tissu de la chemise impeccablement repassé la veille. Mais elle en voulu plus ! Pris d’un élan de désir irrésistible, la douce créature ouvris sa chemise d’une main tremblante, toc, un premier bouton au niveau du décolletée, puis, toc, un deuxième et sa main trouva enfin la douceur d’un sein. Quelques gémissements sortirent de sa gorge de déesse, puis son autre main, jalouse, commença à descendre le long de son corps, caressant au passage chaque courbe de son corps. Soudain elle rencontra une peau chaude et humide et ses doigts s’y engouffrèrent. La chaleur, rassurante entoura ses longs doigts froids et ils commencèrent une danse de va et viens ponctué par des cris de plus en plus fort. Les yeux fermés pour savourer le plaisir d’un interdit, la douce demoiselle se laissa aller vers des cieux inconnus. Ses doigts trempés indiquaient le chemin du bonheur, et ses gémissement significatifs, celui d’un jour nouveau ou tout les désirs sont assouvis. Son autre main vint la rejoindre dans la danse. Elle trouva le clitoris et le caressa langoureusement jusqu’à atteindre le point de non retour. La jouissance fut une merveille et tout son corps, pris de spasme léger fut reconnaissant de ce moment de bonheur.

  Le rêve fini, la jeune fille ouvrit les yeux. Au loin les passants commençaient à arriver. Elle remit sa jupe en place et ferma un bouton, un sourire plaqué sur le visage. Apres quelques minutes d’égarement, la douce créature se leva pour une journée normale.

Comments

No entries found